Républicains et Laiques Audois

lundi

2

novembre 2009

Un pôle religieux au Quai d’Orsay

Ecrit par , Posté dans Non classé

La nouvelle n’a pas bénéficié de commentaires : fin juillet nous apprenions que le Ministère des Affaires Etrangères s’était doté d’un pôle religions dans sa Direction de la Prospective.

Le Ministre, selon Le Monde du 27 juillet, estimait que « la réflexion pour une prise en compte des paramètres religieux était ‘insuffisante’ au sein de la diplomatie française »… Il ajoutait, que « toutes les guerres que j’ai connues comportaient à des degrés divers des histoires de religion » en référence au Kosovo, Sri Lanka et Liban…
La suite de l’article, insistait sur le fait que ce pôle représente 6 personnes sur 16 000 diplomates, tout en montrant pourtant que, pour son responsable, ce pôle aura un rôle très important dans les orientations de la diplomatie française et dans le langage commun à donner aux ambassadeurs…
Le Figaro du 9 octobre fait le portait de ce « M. Religion », Joseph Maïla, ancien Recteur de l’Institut catholique de Paris, universitaire, spécialiste de l’Islam, qui veut « repérer les tendances religieuses qui auront à terme une influence sur les relations internationales » (évolution de l’orthodoxie Russe, expansion du protestantisme évangélique, etc…) Aussi, fournir des analyses sur les soubassements religieux des pouvoirs dans certains pays, des argumentaires sur la burqa et… « préparer les diplomates à la négociation pluricommunautaire. »
Ma première réaction a été d’étonnement : la politique extérieure de la France avait-elle besoin d’un éclairage religieux pour s’exprimer ? Les diplomates nommés pour exercer dans une théocratie avaient-ils besoin d’argumentaires pour se renseigner sur les à-côtés politiques du pouvoir ?… Ce n’étaient plus leurs notes qui informaient le gouvernement français sur les influences locales et fallait-il qu’ils soient briffés de Paris pour connaître les enjeux locaux ?…
Tout cela semblait un peu loufoque !… Pourtant je n’ai vu de commentaire ni positif ni négatif nulle part !… Le temps de la réflexion étant passé, je persiste dans ma perplexité.
Je ne doute pas de l’intégrité de ce « M. Religion » en place, ni de ses sentiments laïques dans l’exercice de ses fonctions, mais il me reste de l’inquiétude à voir qu’un cabinet de spécialistes de la religion… qui pourraient un jour être remplacés par des religieux… puissent jouer un rôle de premier plan, primordial, dans le conseil du Ministre et celui de l’Elysée, dans la direction de la diplomatie, auprès des ambassadeurs, qui ne deviendraient que des exécutants sans leur rôle de sondes locales.
On a vu un religieux recruté parmi les membres du Cabinet de telle ministre de la Ville connue par ses convictions religieuses, qu’elle avait affichées dans la sphère publique dans ses fonctions de députée. On pourrait dire que cela relèverait du choix de ses conseillers. Mais, ici, il s’agit de fonctionnaires d’autorité au sein d’un Ministère…
Ce « M. Religion » a-t-il rang de Directeur d’un Département ministériel ?… Tout semble indiquer qu’il sera même au-dessus, car son Pôle prospectif orientera toute la représentation extérieure de la France… Je serais curieux de connaître son rang protocolaire dans le Quai d’Orsay.
La constitution de ce pôle est une première en France. Si le Ministère de l’Intérieur est chargé des cultes, celui des Affaires Etrangères, en dehors de son Ambassade au Vatican, n’avait à s’occuper de religion qu’à travers de l’implication religieuse dans les politiques nationales des pays où nos représentants étaient présents. Ces informations remontaient au milieu des autres. Elles descendraient maintenant comme directives inspirées par ceux qui ne sont pas en contact avec le terrain !… Drôle de chose !… Je reste encore perplexe…
Pour moi, le problème n’est pas de s’informer, ni de consulter des spécialistes, mais celui de la prééminence donnée à un petit groupe qui bénéficiera d’une influence considérable et qui aura tendance à ne considérer la complexité diplomatique que du seul éclairage religieux.
J’attends des réactions qui n’ont pas osé se manifester à ce jour !
Raymond BELTRAN
Le 02 novembre 2009