Républicains et Laiques Audois

jeudi

16

février 2006

''« Sans liberté de blâmer »'' ?…

Ecrit par , Posté dans Non classé

Le médecin catalan Michel Servet fut brûlé vif dans la Genève calviniste pour s’être opposé aux écrits de Calvin. Le savant dominicain Giordano Bruno fut brûlé vif dans la Rome papale pour avoir été calviniste. Nous venons de là !… Notre histoire est pleine de persécutions et d’hérétiques condamnés à mort. Nos cathares en furent…

Le Chevalier de la Barre fut condamné à avoir la langue arrachée et à être brûlé vif, avant que le Parlement de Paris ne commue sa peine en décapitation parce qu’il était noble : Il ne s’était pas découvert au passage d’une procession !… La Révolution de 1789 abolit le crime de blasphème.
Nous ne voulons pas de retour en arrière sur la liberté de croyance et d’incroyance. Pas de retour en arrière sur la liberté d’expression, si récente, ignorée encore dans beaucoup de pays, particulièrement là où des foules manifestent avec tant de fanatisme. C’est pourquoi nous sommes réactifs aux pressions des intégristes sur nos gouvernements et sur notre justice qui visent à interdire toute critique des religions.
Les lois anti-discrimination ne devraient pas être détournées de leur objet. Elles sont destinées à protéger des individus appartenant à des groupes minoritaires contre des actes et des discours incitant à la haine à leur encontre, en raison de leur origine. Elles sont destinées à protéger des personnes et non les doctrines des religions, des philosophies ou des sectes, explique D. Borrillo dans le Monde.
« Toute construction culturelle doit pouvoir être soumise à la critique et même à la dérision » souligne ce professeur de Droit : « Dans l’espace public, par nature laïque, on doit pouvoir se référer à toutes les religions d’une manière complètement libre et désacralisée »… et ne pas appliquer une censure judiciaire au bénéfice seul de telle religion…
Raymond BELTRAN
le 16 février 2006