Républicains et Laiques Audois

mercredi

1

août 1984

Présentation du site

Ecrit par , Posté dans Non classé

Le site est réactif : il suffit de cliquer sur une catégorie pour avoir accès à des articles.
Ces chroniques ont été écrites à l’origine pour publication dans les journaux carcassonnais.
L’INDÉPENDANT les a accueillies dans son édition souchée à Carcassonne et lue également à Castelnaudary, à Limoux, Quillan et environs.

Le rythme initial était à peu près bihebdomadaire de juin 1997 jusqu’à mars 2000 environ. Il est devenu depuis hebdomadaire. Ces chroniques ont paru les dimanches jusqu’en juillet 2007.
Voila pour la forme. En ce qui concerne le fond, elles émanaient d’un Comité Laïcité République que j’ai créé et animé jusqu’en 2002 à Carcassonne. L’implication du Bureau National du CLR dans le sillage d’un candidat me fit démissionner de ce BN et du CLR. Républicains et Laïques Audois devint la suite autonome de notre activité locale réduite aux chroniques de réflexion.
Au départ de cet engagement laïque on trouve la conviction que la laïcité n’est pas comprise. Tout le monde en parle, mais en la réduisant souvent à ce qui convient à chacun et la dénaturant en conséquence. Pour certains c’est la guerre scolaire public contre privé. Cela a existé, il est vrai. Il en reste une situation conflictuelle avivée par des lois récessives votées depuis 1945.
Mais j’ai souhaité poser la question laïque en termes de société et de citoyenneté, me basant sur l’histoire de notre pays, marquée par des moments forts avec les lois laïques de Jules Ferry et culminant en 1905. J’ai voulu surtout expliquer la laïcité et montrer combien elle recèle d’universalité si on la dégage du contexte franco-français et qu’on la propose en modèle de libertés et de coexistence pacifique entre citoyens, quelle que soit leur culture ou religion.
Il est évident que si l’expression de ces textes est personnelle, dans un format d’environ une demi-colonne de journal, elle a été alimentée non seulement par ma réflexion mais aussi par l’actualité et par des lectures nombreuses. Parmi mes références il y a l’Histoire (avec un H majuscule), à travers des historiens que j’aime consulter. Il y a, bien sûr, Voltaire, Condorcet et d’autres…
J’ai eu le réconfort de trouver chez le philosophe Henri Peña-Ruiz un support théorique de mes chroniques. J’espère ne pas le trahir. Mes écrits restent personnels et ne l’engagent pas. Mais ses encouragements m’ont souvent aidé à surmonter des hésitations. Je veux le remercier ici.
Pour terminer cette présentation du site, je dirai que mes propos n’ont jamais été un dogme à suivre : ils n’engagent que moi-même. Je n’ai pas la prétention d’une autorité sur les militants laïques. Ces chroniques ont pour objectif de faire réfléchir, de faire poser des questions et d’y répondre chacun personnellement. Chacun est libre de sa manière de vivre la laïcité. Elles exposent un point de vue et donnent une explication, c’est tout !
Je dois aussi dire que je n’ai jamais écrit que ce que je pensais, quitte à me tromper. Mais il m’est arrivé de censurer mes préférences personnelles ou des sujets que je ne voulais pas mélanger avec l’explication de la laïcité. Cela ne m’empêche pas de titiller souvent les politiques et les laïques.
Carcassonne, le 01 août 2007
R. Beltran
« La nuance est le luxe de l’intelligence libre » (Albert Camus)

Depuis juillet 2007, L’Indépendant ne publie plus ces chroniques laïques.
Elles sont diffusées actuellement à 450 exemplaires par mail. Un certain nombre de destinataires les rediffusent à des amis intéressés par le sujet. Elles vont au-delà de la France. Je ne sais pas combien atteint la diffusion totale sur le web.
A ce jour, ce site contient 507 articles. Il suffit de cliquer sur une date ou sur une catégorie pour obtenir ceux qui sont classés dans une rubrique. Ce classement est intuitif, parfois inapproprié peut-être. Parfois il aurait fallu deux références en même temps…
Il est évident que ces textes sont publics. Ils peuvent, ils sont faits pour être utilisés. Mon autorisation est tacite. J’aimerais cependant que les utilisateurs ne les déforment ni ne les dénaturent. Je trouverais honnête de donner les références du site quand ils ont été publiés… et de m’en informer pour me faire le plaisir de le savoir.
N’ayant plus les contraintes de place (1 500 signes en tout, soit 50 lignes de 30 caractères, correspondant à moins d’une demi-colonne de journal), ni de périodicité hebdomadaire, je me permets de modifier la longueur, la périodicité aussi au gré de l’actualité, de mon temps disponible et mon humeur.
Mais ne voulant pas lasser les correspondants destinataires des textes par courrier électronique, tous les articles ne sont pas diffusés par mail. Ceux qui n’arrivent pas dans les boîtes de réception directement, se trouvent dans le site. Ils récompensent ceux qui visitent ce site régulièrement et qui l’apprécient.
Le 30 janvier 2008

1 commentaire

  1. raymond beltran