Républicains et Laiques Audois

jeudi

29

novembre 2007

Présence de l’Etat

Ecrit par , Posté dans Non classé

La présence de l’Etat sur un territoire est celle de ses institutions. Aucun Etat ne peut accepter des zones de non droit échappant à sa compétence. Le maintien de l’ordre relève de la police : aucun Etat ne peut accepter des quartiers interdits à la police.

Des policiers auraient un comportement à l’égard des jeunes des cités qui justifierait leurs réactions violentes et les déprédations matérielles qui les accompagnent… Mais l’incendie d’une bibliothèque, de deux écoles, de voitures, de magasins… ce sont des actions de taliban.
Si ce comportement discriminatoire est vrai, cela mérite sanction : le commandement policier doit tenir ses troupes. La formation des agents est donc insuffisante et la ligne politique suivie est alors tragiquement erronée. Si cela n’est pas vrai, se pose alors le problème de la relation médiatique des événements : l’audimat ne justifie pas la mise en cause des policiers sur des rumeurs.
On ne peut pas admettre que la police soit interdite dans des quartiers livrés à des caïds qui imposent leur loi. Des spécialistes des mafias remarquent qu’il est très difficile, après, de reprendre le terrain ainsi abandonné.
La police doit retrouver crédit et autorité. Si le droit doit être rétabli, aucune bavure ne doit être « justifiée ». L’autorité républicaine doit se fonder sur la justice. Ses représentants ne doivent pas être mis en cause sans une raison sérieuse que leur hiérarchie n’a pas à couvrir.
L’autorité ne peut pas être réfusée, mais en développant des actions de désenclavement, d’intégration dans l’économie, d’ouverture sur l’emploi, de déghéttoïsation et pas seulement d’assistanat. Depuis 40 ans, des millions ont été employés pour des politiques idéologiques contradictoires. Le consensus sera-t-il enfin à l’ordre du jour ?
Raymond BELTRAN
le 29 novembre 2007