Républicains et Laiques Audois

jeudi

9

décembre 2004

L’usage du nom de Dieu

Ecrit par , Posté dans Non classé

Des réactions se font jour avec de plus en plus de force face aux immixtions politiques de la religion. La société avance dans la laïcisation.

Dans le monde moderne, de plus en plus de voix s’élèvent contre cette manière de vouloir récupérer le pouvoir politique sous prétexte d’un magistère moral.
El Périodico, journal Andorran, a publié le 6 décembre, comme article d’actualité, celui de Pilar Rahola qui réagissait à l’attitude de l’église catholique à propos de la journée du sida. Sa réaction était provoquée par l’affirmation du Vatican disant que « le sida est une immunodéficience morale ».
Cette journaliste cite une autre femme, catholique très engagée dans sa foi, Maria Angels Filella, qui vient de publier un livre « la mirada violeta » dans lequel elle voudrait récupérer la vision féminine de l’Eglise « dérobée » par sa hiérarchie.
Elles contestent la misogynie de l’église catholique, qui n’existait pas dans le message initial, mais qui viendrait de la haine de la femme qui animait les Pères de l’église : Thomas d’Aquin a écrit que « la femme est quelque chose de défectueux et d’éphémère, un homme non réussi et un réceptacle passif. »
Elles dénoncent « l’usage constant du nom de Dieu par une armée d’évêques qui, au jour d’aujourd’hui, sont la seule expression organisée et militante de l’extrême droite espagnole. Depuis l’appel à la charge de la Conférence Episcopale contre le gouvernement jusqu’à l’hystérie publique contre les campagnes de prévention du sida, le plus choquant, tonitruant, antipathique et pervers de tout cela est l’usage du nom de Dieu. »
Cette mise en cause de « l’usage du nom de Dieu pour défendre une idéologie politique, répressive, dogmatique et antidémocratique » rejoint l’attitude des islamistes concernant la femme.
Raymond BELTRAN
le 09 décembre 2004