Républicains et Laiques Audois

samedi

10

janvier 2009

L’impossible objectivité

Ecrit par , Posté dans Non classé

Je reculais chaque jour de reprendre ce sujet. Cela fait tant de fois que j’en parle. Les évolutions que j’enregistre me désespèrent car je ne vois pas d’issue. Puis le déchaînement des passions laisse loin toute objectivité.

60 ans que le conflit autour d’Israël et de la Palestine dure !… Nous avons cru… tout le monde a cru que la paix allait être un jour possible entre ces deux peuples… Des pas étaient faits de part et d’autre… Chaque fois surenchères ou attentats ruinaient le processus sur le point de se conclure et la haine regagnait et retardait toute possibilité de reprise, avec des populations devenues de plus en plus méfiantes et de plus en plus réticentes.
Les extrémistes ne manquent pas dans les deux camps. Chacun perçoit le combat comme une question de survie collective. Tous savent qu’il n’y aura pas de solution militaire… qu’il faudra s’entendre un jour… Les solutions diplomatiques ne manquent pas mais elles demandent COMPROMIS, c’est-à-dire ENGAGEMENT RECIPROQUE vers l’avenir. C’est la Raison qui le commande ! Mais que peut-on devant la déraison de ceux qui disent « vouloir imposer par la force la destruction d’Israël » (Hamas) et celle de ceux qui voudraient encore étendre les colonisations juives en territoire palestinien pour marginaliser les palestiniens ou les expulser de chez eux ?
Qui s’intéresse au sort des Palestiniens si ce n’est que pour utiliser leur misère et leur rôle « victimaire » afin de mobiliser l’opinion contre Israël ?… Qui a cherché depuis 60 ans à stabiliser et engager les populations déplacées au lieu de les maintenir en situation précaire dans les camps, afin de pouvoir souffler sur la haine toujours vivace ?…
Peut-on estimer que (parce que ce sont des juifs), leur implantation en Palestine peut se contester ad-aeternam plus que celle d’autres peuples installés le long de l’histoire ailleurs ?… malgré la décision de l’ONU… Peut-on croire que tout le passé récent peut-être oublié et que les Israéliens peuvent être massacrés ou expulsés ?… Ne faut-il pas chercher les moyens d’une coexistence entre Israéliens et Palestiniens, en paix et dans une croissance économique qui développe les deux sociétés ensemble ?
Ce jour, samedi 10 janvier, au moment d’écrire, auront lieu des manifestations pour un cessez le feu à Gaza, qui sont condamnation d’Israël. L’on craint des débordements… Les manifestants oublieront que le Hamas avait proclamé la fin de la trêve et relancé l’envoi de roquettes sur Israël… pas sur des objectifs militaires… au hasard… sur des civils.
Le Hamas, que l’on oublie, a joué sur la provocation pour surfer sur les conséquences de son action.
Il est vrai que le peuple palestinien paie un lourd tribut en vies humaines civiles (femmes et enfants affichées… mais pas uniquement). La TV ne semble pas compter les hommes adultes, ni les miliciens du Hamas (sont-ils civils ?)… Les lanceurs de roquettes le font de quels emplacements militaires ?… ou des quartiers civils devenus boucliers humains ?… La communication manipule l’information des deux côtés !
Il est vrai que Tsahal ne fait pas dans le détail. Pour la TV israélienne ce ne sont que des objectifs militaires, ciblés et… des bavures. Pour les soldats sur place il s’agit d’anéantir le Hamas et tant pis pour les civils qui les entourent, là où ils se cachent… Le vieux principe « Tuez les tous. Dieu reconnaîtra les siens »… Au moins 800 morts et 3 000 blessés… et ce n’est pas fini… Qui a compté les morts de part et d’autre depuis 1948 ?
Qui pourra un jour arrêter la haine réciproque que chaque intervention militaire ou attentat kamikaze produit et renouvelle ?… Le désir de vengeance se renouvelle en permanence dans le sang, dans l’insécurité et dans l’absence d’avenir. Cela est plus sensible chez les Palestiniens, qui payent le tribut le plus lourd, cela existe également chez les Israéliens.
Le Monde du 10 janvier remarque que 80 % de la population de Gaza dépend de l’aide extérieure, citant la Commission UE : « Il va devenir de plus en plus difficile d’expliquer aux citoyens… pourquoi l’Europe paie des infrastructures, des bâtiments, des écoles et des hôpitaux qui sont régulièrement bombardés et détruits en Palestine »… « 566 millions d’euros d’aide directe en 2008, 223 millions au titre de l’aide humanitaire depuis 2006, avec 73 millions pour la seule année dernière »… Le tout sans inclure les montants consacrés à des infrastructures.
Cette population a subi le blocus, mais a vécu depuis des années assistée par l’UE et par l’organisation des réfugiés de L’ONU. Le Hamas a été l’intermédiaire de l’argent venant d’Iran et d’ailleurs. Il a ainsi joué un rôle social qui l’a conforté. L’argent pour acheter des armes n’a jamais manqué !
Une population fanatisée, excitée par chaque mort, clamant vengeance… Contrôlée parce qu’il y a des attaques, mais avec un Hamas provocant ces attaques pour mieux la contrôler… On a pu dire que dans ce conflit Israël a perdu s’il n’a pas détruit entièrement le Hamas et que le Hamas a gagné s’il subsiste encore après… Ne nous étonnons pas de la violence de Tsahal… Le Hamas avait intérêt a provoquer Israël !
Un Etat palestinien dans un territoire en forme de gruyère, sans viabilité économique autrement qu’en symbiose avec Israël, c’est la conséquence des guerres depuis 1948 et des refus de dialogue qui ont permis aux colons juifs d’étendre leur implantation. Gaza en a été l’exception à l’initiative d’Israël… Pour rien !
Le rêve de paix s’éloigne chaque jour grâce aux extrémistes islamistes et aux juifs orthodoxes, les uns et les autres convaincus qu’ils chasseront les autres.
Ce rêve ne s’accomplira que lorsque un leader charismatique se lèvera face à son équivalent, et, qu’avec courage, ils diront chacun à son camp la vérité de l’avenir commun… au risque de se faire assassiner…
Raymond BELTRAN
Le 10 janvier 2009