Républicains et Laiques Audois

jeudi

7

octobre 2004

Haine ou lucidité ?

Ecrit par , Posté dans Non classé

L’article de Daniel Barenboïm consacré à Edward Saïd dans le Monde nous a rappelé la figure de ce Palestinien que nous avions déjà évoqué.

C’était un universitaire réputé et reconnu. C’était le musicien sensible et l’interprète averti évoqué par Barenboïm. C’était l’intellectuel Palestinien profondément plongé dans les malheurs de son peuple, cherchant le moyen de sortir de la fatalité.
Avec Barenboïm, juif d’origine Argentine, il avait créé un orchestre réunissant Israéliens et Palestiniens, qui avaient joué ensemble dans la communion d’une musique qui ne pouvait pas séparer.
Il voulait arriver à une vie commune orientée vers l’avenir. Il voulait en finir avec les exclusions entre les deux nations « sémitiques » rivales. Pour cela, il fallait dépasser les rancoeurs réciproques et chercher, à travers la musique, à travers la réconciliation des intellectuels, le ciment d’un nouveau départ.
Son décès a privé d’une voix autorisée les partisans lucides de la paix, qui ne sera jamais celle d’un camp. Peut-être que sa voix prêchait dans le désert. Mais elle préparait l’avenir, mieux que les discours de haine.
Il avait compris que la paix ne pouvait venir que du rapprochement des cultures et non de l’exacerbation des confrontations. Elle ne pouvait venir que « par une reconnaissance mutuelle et une acceptation des souffrances de l’autre ». Il avait compris que la paix ne viendrait que de l’instauration de deux Etats laïques, première étape pour pouvoir un jour arriver à un Etat unique, multiconfessionnel.
Il faudra d’autres Edward Saïd pour arriver un jour à faire la réconciliation entre Palestiniens et Israéliens. Tant que Hamas et Tsahal s’affronteront on continuera à compter les cadavres de part et d’autre et les appels à la vengeance !…
Raymond BELTRAN
le 07 octobre 2004