Républicains et Laiques Audois

dimanche

3

août 2014

Encore des tabous !..

Ecrit par , Posté dans Non classé

Cela étonnera certains qui me connaissent mal, mais il y accumulation de faits qui ne peuvent pas me laisser indifférent.

J’ai beau être devenu athée au long d’un processus qui m’a fait m’éloigner de mon baptême d’origine et me considérer agnostique dans un premier temps : de ce fait la religion ne me concerne plus personnellement. Mais si je pense que la vie interne des religions ne me concerne pas, il m’apparaît que mes convictions laïques ne m’exonèrent pas de voir dans les batailles de religion ce qui est contraire à mes principes.

En tant que laïque, qui veut une neutralité des institutions officielles, tout en ne m’empêchant pas de garder mes opinions personnelles et de respecter la liberté des autres d’en avoir des différentes, même si je ne les partage pas, je suis scandalisé qu’au 21è siècle on en soit encore à chasser les adeptes d’une religion millénaire, vivant dans leur pays, parce qu’ils n’appartiennent pas à la religion pratiquée maintenant chez eux majoritairement.

On prétend, étymologie oblige, que les religions relient, réunissent, mais la réalité oblige à se rendre compte qu’elles divisent plutôt dès qu’il y a diversité dans une société. Elles ne relient qu’en leur sein hégémonique.

L’actualité nous apprend que les djihadistes rebelles au pouvoir entre la Syrie et l’Irak ont donné 24h aux chrétiens de Mossoul pour quitter la ville, faute de se convertir à l’Islam. Devant les menaces d’attentats et les bombes lancées dans les églises chrétiennes ils avaient été nombreux déjà à partir depuis le début de la guerre en Irak. En Syrie, des villages chrétiens avaient été assaillis par des anti-Saad avec les mêmes menaces… avant leur libération par les Saadistes !…

La Syrie et l’Irak sont, comme une partie du proche orient, siège de communautés chrétiennes établies depuis 2 000 ans, avant que l’Islam n’existe, ayant survécu à l’islamisation du pays six siècles après. Après des vicissitudes, en payant l’impôt (jizya), des non musulmans (dhimmis), ils sont restés chez eux des siècles durant en coexistence. La langue rituelle de leurs offices est celle qui existait avant l’arabisation que l’Islam entraîna.

Les coptes d’Egypte sont dans une situation similaire et les intégristes musulmans les attaquent régulièrement avec des menaces de conversions forcées visant particulièrement les jeunes filles râptées et mariés de force, mais aussi avec des bombes lancées sur leurs lieux de culte.

Cela n’est pas nouveau. Il y a eu dans le passé des moments d’affrontement, mais la cohabitation durait tant que l’Islam n’était pas devenu djihadiste, au sens littéral du Coran, tant que les intégristes n’avaient pas pris le pas sur les modérés. Actuellement l’exode provoqué est en train de chasser les chrétiens. S’il ne s’agit pas d’une épuration ethnique, ils sont aussi arabes, il s’agit d’une épuration religieuse.

Les intégristes sont en train de réaliser l’hégémonie d’une société basée sur la Charia, excluant toute forme religieuse qui n’est pas la leur, y compris entre musulmans. Les massacres réciproques sunnites-chiites sont aussi devenus une norme dans la région.

Comme d’habitude, les indignations sont sélectives. La crainte d’être traité d’islamophobe fait que l’on n’ose pas mettre en cause les comportements s’ils visent des musulmans. Il a fallu un temps pour que les chrétiens français disent publiquement leur indignation.

Dans ces expulsions de chrétiens (ils seraient 20 000 réfugiés en France, plusieurs dizaines de mille en Suède…), j’insiste sur le fait qu’ils sont arabes, qu’ils ne sont venus chez eux ni en colonisateurs ni en usurpateurs, qu’ils n’avaient pas de position dominante en tant que tels. Alors, au-delà des querelles religieuses il y a bien une question de droits de l’homme : c’est une persécution qui a mérité une condamnation de l’ONU, mais pas le moindre communiqué (je ne dis pas de soutien… mais de protestation) des organisations de gauche très vigilantes sur la situation au proche orient par rapport à ce qui est occidental ou assimilé occidental.

Il est vrai que le monde musulman du proche orient à l’Est et une partie de l’Afrique, contient des pays entièrement fermés à d’autres confessions que l’Islam. Obligations vestimentaires pour les femmes (y compris étrangères), sanctions y compris physiques de la charia pour le non-respect des prescriptions religieuses et contraintes pour les non musulmans… apostasie entraînant la mort… aucune tolérance !…

Si dans la Cordoue d’Averroès un temps de tolérance a existé dont on vante l’Islam d’alors, il y a peu d’exemples dans le monde contemporain musulman de cette vertu dont on se réclame en occident. En dehors d’un racisme que l’on combat, mais qui existe aussi dans les pays musulmans contre les autres, il semble bien que la tolérance ne se trouve que dans les pays occidentaux.

Cela me fait penser à la réflexion de F. Mitterrand au Bundestag : « les manifestants contre les fusées sont à l’ouest mais les fusées nucléaires à l’Est », que je paraphraserais en « les manifestants contre l’intolérance sont à l’Ouest mais les intolérants sont à l’Est ».

Venus de pays qui refusent la laïcité, au nom du djihadisme prôné en Asie et qu’on voudrait voir s’étendre en Afrique et en Europe, on invoque la laïcité dans une interprétation dite ouverte, tolérante et accueillante pour eux, pour mieux la détruire en la vidant de sa substance.

La laïcité n’a pas pour but de favoriser les religions mais de défendre la liberté individuelle de choisir chacun la sienne et de la pratiquer librement, ou de refuser d’en avoir une. En tout cas d’échapper aux contraintes et menaces religieuses qui empêcheraient cette liberté de choix. Les institutions officielles ne doivent pas permettre une pression quelconque d’obligation sur les individus en matière de pensée ou de confession.

La condamnation à mort pour apostasie est un signe d’intolérance d’un autre temps et ne peut pas être tolérée en France pour ceux qui refusent de garder la religion qui leur a été transmise. Les coutumes vestimentaires en usage dans des pays intolérants n’ont pas à être admises dans le contexte de vie occidental que comme des provocations visant à éprouver notre capacité de résistance à la pression religieuse.

Sans rien dire du fait que ceux qui réclament le plus fort qu’on leur accorde, au nom de nos principes, de vivre librement et ostensiblement un Islam envahissant sont originaires de pays dans lesquels au nom de leurs principes les autres confessions religieuses sont interdites et qui demandent aux étrangers vivant chez eux de se conformer strictement à leurs principes.

Importer en France des us et coutumes d’Orient et vouloir les imposer sous prétexte religieux ne peut pas être couvert par une laïcité qualifiée d’ouverte. Si l’on veut vivre ensemble il y a un minimum de cohésion commun nécessaire. Si les identités religieuses qui divisent ont priorité sur l’usage commun on détruit la laïcité des institutions car l’objectif de la laïcité est la coexistence dans la diversité que permet la distinction entre la sphère publique neutre et la sphère privée libre. Je me suis déjà expliqué sur le contenu de ces sphères dans les textes qui figurent dans mon site, auxquels il est possible de se référer.

Raymond Beltran
Le 03 août 2014