Républicains et Laiques Audois

jeudi

16

octobre 2003

Edward Saïd

Ecrit par , Posté dans Non classé

Edward Saïd vient de décéder. C’était un Palestinien. C’était un universitaire réputé dans sa discipline. Nous voudrions saluer sa mémoire et regretter qu’il n’y ait pas davantage de militants de sa qualité qui travaillent pour la paix au Proche-Orient.

Il voulait dépasser les blocages. Il voyait avec lucidité une situation de part et d’autre entre les mains d’extrémistes religieux qui manient les provocations afin de prolonger le conflit pour un hypothétique écrasement de l’ennemi.
Il dénonçait avec vigueur la politique israélienne d’exclusion, ne laissant aucune chance de vie prospère aux palestiniens sur leurs territoires. Il ne ménageait pas la corruption et l’aveuglement de l’Autorité Palestinienne.
Nous en sommes au moment où personne ne croit plus à une issue de ce conflit. Les extrémistes des deux bords ont le vent en poupe. Arafat, comme Sharon, ne restent au pouvoir que par la vengeance. Ils n’existent pas dans la paix. Ils n’ont aucun avantage à la paix.
Edward Saïd disait en 1999 « Que faire des Palestiniens d’Israël ? Et des juifs qui vivent dans les colonies ? On ne va pas déplacer tous ces gens. Alors, je me dis : nous sommes déjà mélangés ; pourquoi ne pas en profiter pour fonder le premier Etat laïque du Proche-Orient ? » Mais, conscient de l’impossibilité actuelle, il ajoutait que si l’Etat laïque multiethnique restait la meilleure solution, « sans doute faudra-t-il une étape transitoire avec deux Etats côte à côte. »
Combien de morts encore avant que les fanatiques des deux bords perdent leur influence et que surgisse un mouvement de fond pour la réconciliation des deux peuples ?
D’autres Edward Saïd feront-ils, à leur tour, avancer vers un Etat laïque qui permette le respect de chaque religion, parce qu’elles auront quitté le plan politique pour rester enfin dans le domaine privé des individus ?… Raymond BELTRAN
le 16 octobre 2003