Républicains et Laiques Audois

jeudi

4

octobre 2007

Des bénévoles… jusqu’à quand ?

Ecrit par , Posté dans Non classé

Le monde économique, naguère dominé par l’agriculture (secteur primaire), superposée ensuite à l’industrie (secondaire), est devenu majoritairement le monde du tertiaire. Parmi les prestataires de service surgissent des créateurs d’offres et de nouveaux métiers. C’est un foisonnement d’initiatives, parfois inattendues, souvent très utiles.

Mais la conjugaison d’une « judiciarisation » outrancière de la société, qui recherche des responsables, avec la réglementation de toute activité afin de protéger (avec raison) les individus, tue finalement le bénévolat au profit de la professionnalisation du domaine associatif.
Nous avons commémoré en 2001 le centenaire de la loi de 1901, si féconde en activités et services, qui pouvaient enfin s’exercer hors du monopole des congrégations. Elle reste essentielle dans le domaine des libertés. Mais nous sommes pessimistes…
Si les formalités réglementaires pour créer une association restent légères, l’encadrement comptable, les mises en cause des actes des bénévoles associatifs, les contestations des obsédés du juridisme, font que le bénévolat va se cantonner dans des domaines de plus en plus restreints.
Ce n’est pas une poussée de l’individualisme, qui tarirait, seule, le bénévolat. C’est aussi une poussée du professionnalisme, « boostée » par des réglementations envahissantes et par les exigences d’une minorité d’usagers qui mettent en cause l’action de bénévoles désintéressés.
Des professionnels, compétents, travaillant à temps plein, seront payés, logiquement, pour leur valeur. Bientôt les associations, quand elles ne géreront pas les subventions, elles géreront surtout leurs salariés : elles devront faire payer aux usagers les cotisations résultant de ce fait.
Raymond BELTRAN
le 04 octobre 2007