Républicains et Laiques Audois

jeudi

5

août 2004

Des 8 décembre !

Ecrit par , Posté dans Non classé

Il était une fois un Pape (Pie IX, fait saint l’an dernier), qui proclama le 8 décembre 1954 le dogme de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, conçue, elle, sans péché.

Trois ans après, en février 1858, les apparitions de Lourdes donnèrent opportunément un corps à cette affirmation. Bernadette Soubirous vit la Vierge qui lui dit en patois local : « Je suis l’Immaculée Conception ». Le concept abstrait se personnalisait en une icône de plus et une station thermale était née.
Le 8 décembre 1864, Pie IX dressait avec le Syllabus le catalogue d’erreurs représentées par la pensée moderne, qu’il condamnait. Le 8 décembre 1869, le même Pape rétrograde convoqua le Concile de Vatican (I). L’infaillibilité du pape y fut proclamée le 18 juillet 1870.
Pendant que Garibaldi contestait la souveraineté du Pape sur Rome et sur toute l’Italie centrale, des évêques et des cardinaux, avec leur entourage, occupaient Rome. Les processions religieuses limitaient les manifestations populaires d’hostilité contre le monarque. Après la victoire des insurgés, le roi temporel bouda, enfermé au Vatican, jusqu’aux accords de Latran en 1929 où Mussolini reconnut à ses successeurs un Etat dans Rome.
La défaite matérielle, la fin de la royauté absolue du Pape sur les Etats Pontificaux était compensée par l’affirmation de ce pouvoir attribué au chef de l’Eglise de ne pas se tromper en matière doctrinale. Le dogme de 1854 était ainsi entériné par un Concile et l’importance spirituelle du Pape affirmée.
Permettez aux laïques qui ne croient pas à ces dogmes de rappeler ces circonstances historiques. Ils subiront bientôt les débordements médiatiques de la visite annoncée du pape actuel, venant à Lourdes fêter les 150 ans de l’existence de l’Immaculée Conception, en présence des autorités de la République, en plein respect de la laïcité, bien entendu.
Raymond BELTRAN
le 05 août 2004