Républicains et Laiques Audois

jeudi

29

décembre 2011

De la partialité !...

Ecrit par , Posté dans Non classé

Ce n’est pas la première fois que j’en fais la remarque : il est étonnant de voir combien nous sommes dépendants de nos choix idéologiques antérieurs pour déterminer nos réactions en matière de Droits de l’Homme.

Combien est assourdissant le silence des organisations et des individus qui manifestent souvent pour défendre les Palestiniens subissant répression des Israéliens à Gaza et qui ne trouvent rien à dire devant le massacre des Syriens par l’armée de Bachar El Asad.

Pourtant, ce n’est pas un effet de surprise soudain, cela dure depuis des mois, le nombre de civils tués dépasserait déjà les 5 000, et on ignore les blessés… et cela continue avec un nombre de morts qui s’ajoute quotidiennement à ce total… Pourtant… rien ne filtre de la part de ces organisations militantes.

En même temps le refus de laisser le Conseil de Sécurité de l’Onu condamner la répression de son peuple par le gouvernement syrien de la part de la Russie et de la Chine n’a pas suscité de ces organisations antiracistes et pacifistes le moindre commentaire ni la moindre condamnation !

Je croyais que la guerre froide n’était plus qu’un souvenir du passé et que la séparation de l’univers idéologique entre deux camps, « impérialistes » coupables et « progressistes » victimes, ne pouvait plus expliquer ce manque de prises de position. Je croyais que ceux qui naguère « ne voulaient pas désespérer Billancourt » et acceptaient que les crimes staliniens soient tus pour conserver l’idéal dans sa pureté, avaient fini par comprendre et que la leçon de l’histoire avait servi. Mais je m’aperçois qu’il n’en est rien.

Les mêmes sources médiatiques restent politiquement correctes. On peut se permettre de critiquer certains et… on reste silencieux quand il s’agit de ceux qui sont considérés du même bord… car les DH ne seraient défendables pour elles que quand cela sert à attaquer ceux qu’on considère comme adversaires… et, tant pis si l’on protège ce faisant des dictatures sanglantes.

Je n’ai jamais pu m’accommoder de cette vision partiale et partisane du monde et jamais je n’ai pu accepter que les DH soient manipulés ainsi… Je ne peux pas changer les choses mais je peux protester et m’indigner de cette sélection partisane.

Il y a un bout de temps que j’écoute à toute occasion des commentaires sur l’actualité. A chaque fois je remarque que les exemples des indignations exprimées qui sont mis en exergue, même s’ils sont tirés par les cheveux par rapport au sujet, sont toujours ceux qui condamnent, dans le désordre, capitalisme, américains, etc… mais jamais russes, castristes, etc.

Toujours on parle du non respect des DH chez nous ou en occident, mais jamais de l’esclavage au Soudan ni du terrorisme contre des civils en Irak, ni des attaques des coptes en Egypte, etc. Faudrait-il rendre exhaustive une liste des actions qui rendent muets beaucoup de nos progressistes si actifs en sens contraire ?

L’Otan a été mise en cause en Lybie, en raison des dérapages possibles mais pas les opérations menées par les troupes de Khédafi, contre son peuple, puisque cela serait revenu à approuver l’action de l’Otan… L’idéologie qui fait se situer d’un côté contre l’autre, si elle me convient dans des situations de conflit armé où l’on ne peut pas rester neutre, ou dans des situations politiques qui demandent engagement, ne peut pas me satisfaire de manière discriminatoire en matière de DH, signifiant que tout le monde n’a pas à les respecter de manière identique et que l’on s’accommode facilement de cela !

Je crois qu’on ne peut pas juger sans comprendre. Mais comprendre ne peut pas signifier accepter des uns ce que l’on refuse des autres. Là, on est plus près du fanatisme que de la tolérance. Compréhension partisane peut aussi signifier compromission et complicité, et même recel de responsabilité.

Raymond BELTRAN
Le 29 décembre 2011