Républicains et Laiques Audois

mercredi

1

octobre 2014

Bien tard,… mais enfin !

Ecrit par , Posté dans Non classé

Comment ne pas se réjouir, surtout quand on l’a souhaité et demandé si longtemps, des manifestations de musulmans contre l’ « État islamique » de Syrie et d’Irak.

J’ai longtemps été étonné du manque de réaction des musulmans qui se considèrent modérés (pour ne pas dire « normaux ») face aux agissements et à l’emprise médiatique des islamistes. Enfin… un déclic a fait que les déclarations des religieux, porte-parole des sans voix, ont osé affirmer qu’ils sont français et qu’ils condamnent les actes barbares de ceux qui se réclament de leur religion et qui agissent impunément en Syrie et en Irak.

Car il y a eu un déclic. Début septembre, le Grand mufti d’Arabie Saoudite osait dire que ce qui s’est passé là-bas était condamnable. Il est vrai que sa condamnation ne visait que les massacres de musulmans par l’État islamique et non les exactions contre les chrétiens ou les yazidis.

C’est vrai que l’Arabie Saoudite se sent menacée par la force avec laquelle les islamistes se répandent dans la région. Après les avoir soutenus financièrement ils ne les contrôlent pas et ils se sont décidés à les combattre.

Après ce déclic, la médiatisation systématique des exécutions sommaires des prisonniers de l’armée irakienne qu’ils ont mises sur le Web, les menaces mises à exécution à l’égard des yazidis et des chrétiens et la brutalité de la mise en condition de la population de la région envahie par eux, tout cela a révélé le règne de terreur qu’ils avaient instauré. Tout ceci a entraîné à Londres une réaction salutaire des musulmans qui s’est traduite par le mouvement « not-in-my-name ».

Il faut dire que les soupçons que le bourreau des journalistes américains et anglais décapités devant les caméras soit un musulman venu de Londres a dû déterminer la réaction de défense de ses coreligionnaires modérés. Mais il ne faut pas diminuer leur mérite car c’est la première fois que des individus réagissent nombreux et publiquement pour désavouer des crimes commis par des musulmans et qu’ils soient eux-mêmes musulmans donne plus de valeur à leurs réactions.

C’est dans ce contexte que les manifestations de musulmans en France ont eu lieu. Mieux vaut tard que jamais… J’ai apprécié particulièrement qu’ils ne se soient pas contentés de reprendre le slogan londonien et qu’ils aient ajouté, sur le modèle du « ich bin ein Berliner » de Kennedy, « nous sommes tous français » pour se solidariser avec Hervé Gourdel décapité en Algérie par ce qu’il était Français.

Cette valeur ajoutée était appréciable après les efforts faits par certains intégristes islamistes pour couper l’intégration dans la nation française de ceux qui se réclament d’une culture musulmane dont ils exigent qu’elle soit considérée à égalité avec les traditions locales chez nous. C’était considérable et cela rachète des silences passés.

Car si je me réjouis de cette prise de conscience compatible avec leurs convictions religieuses dans notre société laïque, je n’oublie pas qu’ils sont restés silencieux quand les taliban faisaient régner la terreur en Afghanistan et qu’ils détruisaient les écoles, interdisent l’éducation des filles et le travail des femmes et quand, on nom de l’Islam, on appliquait une charia moyenâgeuse dans des pays africains ou ailleurs.

Je n’ai pas l’habitude de la langue de bois, ainsi j’ai constaté le peu de réactions qui se sont produites quand Mohamed Merah tuait froidement des enfants juifs à Toulouse par ce qu’ils étaient juifs et qu’il abattait des militaires par ce qu’ils étaient au service de la France. L’ampleur des protestations avait été alors limitée à certains dignitaires faisant preuve d’œcuménisme mais sans aucune ampleur populaire.

Mais enfin, il y a eu réaction devant la barbarie érigée en méthode terroriste pour imposer une religion fanatique et revancharde qui voudrait ramener la civilisation au XIIe siècle.

Seulement, si cette réaction s’était manifestée bien avant n’aurait-elle pas servi à mettre en garde les jeunes contre les salafistes et à éviter les dérives qui se sont développées dans nos pays impunément avec la diffusion d’une littérature différentialiste et guerrière des wahhabites qui était un appel à un djihad non pas de perfectionnement personnel mais bien de lutte anti-occidentale.

Les pays du Golfe qui participent aujourd’hui à la coalition anti État islamique n’ont-ils pas financé cet intégrisme et leur télévision n’a-t-elle pas servi à propager ces doctrines dans des chaînes vues et écoutées dans nos banlieues qui ont formé religieusement à la lecture fondamentaliste du Coran ?… Londres a été longtemps, avant les attentats du métro là-bas, le siège d’imams très virulents qui prêchaient publiquement le djihâd sans réactions particulières des musulmans ni du gouvernement britannique. Le premier ministre Cameron vient à peine de dire qu’il ne laissera pas poursuivre ces discours haineux en Angleterre.

Reste à espérer que cette réaction actuelle des musulmans modérés ne restera pas sans lendemain et qu’il ne faudra pas attendre la prochaine décapitation d’un otage français pour que les citoyens français de confession musulmane réagissent et qu’ils continuent à défendre leur religion face aux excès condamnables des extrémistes.

Ceux-ci veulent obtenir que la communauté nationale marginalise les musulmans pour mieux les contrôler. Ils font primer la solidarité avec les barbares d’ailleurs et favorisent le recrutement des volontaires fanatisés pour les rejoindre, plutôt que promouvoir la solidarité avec les autres citoyens français avec lesquels ils vivent quotidiennement.

Enfin !… Même si c’est tard… Mieux vaut tard que jamais !…

Raymond Beltran
Le 01 octobre 2014