Républicains et Laiques Audois

jeudi

22

janvier 2009

Après le 20 janvier

Ecrit par , Posté dans Non classé

Que reste-t-il à dire après les commentaires sur la prestation de serment de Barack Obama et son discours inaugural ? Tout à été dit, sauf…

J’ai entendu une phrase qui n’a pas été relevée. Raison de plus pour le faire. J’ai entendu… « Nous savons que notre héritage multiple est une force, pas une faiblesse. Nous sommes un pays de chrétiens et de musulmans, de juifs et d’hindous et d’athées. Nous avons été formés par chaque langue et civilisation, venues de tous les coins de la Terre »… J’ai aussi entendu de la part de l’un des pasteurs « ce qui nous unit n’est pas notre origine ni notre religion… mais de croire à la liberté » (je cite de mémoire)
Cela dépasse l’allusion banale au multiculturalisme sociétal et au « melting pot, » creuset des EE. UU. Il y a là une affirmation de la diversité culturelle et de la nécessité de coexister, ensemble, avec des valeurs communes. Affirmation du respect des origines, des confessions religieuses mais dans l’affirmation de la liberté de chacun à les pratiquer ou non. Dans la bouche du Président des USA, la présence des athées dans le pays est reconnue. L’un des animateurs d’Antenne 2 qui commentaient la cérémonie en direct avait réagi spontanément en disant « c’est la laïcité ! »
Les caméras témoignaient du mélange des couleurs dans les tribunes, de l’émotion sur les visages, dans la diversité des teints, de l’union réalisée s’exprimant dans un patriotisme commun. On peut être lucide sur les problèmes existants dans les relations sociales ; on ne peut pas nier ce sentiment bien ancré dans la société nord-américaine.
Le protocole voulait certainement que le prédécesseur soit présent, et c’est l’usage, mais la présence de l’adversaire battu aux élections, en bonne place parmi les invités, est à remarquer. D’autant que la veille, Barack Obama avait organisé un dîner officiel en honneur de Mac Cain, faisant l’éloge du passé de son adversaire républicain et de la campagne honorable qu’il avait menée contre lui. Ils échangèrent des vœux… Belle leçon de démocratie !
J’entends ceux qui disent que la présence des « Révérends » des églises protestantes était pesante. Les USA sont traditionnellement imprégnés de religiosité publique. Aucun discours officiel ne peut se terminer sans l’invocation à Dieu et avec la conclusion par la formule « Dieu bénisse l’Amérique » Mais des évolutions se font jour.
La sécularisation de la société avance. Les fondements de la société changent. Les démographes prévoient pour dans 30 ans que les minorités hispaniques, asiatiques et autres seront la majorité de la population au détriment des anglo-saxons qui dominent encore. L’affirmation de la présence d’athées au milieu des croyants est une reconnaissance, même si aucun n’intervenait ès-qualités dans la cérémonie.
Nous aurons des occasions de critiquer des comportements, des usages, des exigences, des incompréhensions. Goûtons aujourd’hui ce qui est signe de démocratie et d’union dans la diversité, qui correspond tout à fait à notre objectif de laïcité.
Raymond BELTRAN
Le 22 janvier 2009